« La Convention d’Istanbul véhicule une discrimination liée à la langue française » – Anne Nègre

9 nov

Portrait photo d'Anne NègreAnne Nègre sera membre du jury du concours d’éloquence organisé sur le thème « Droits de l’Homme » Une Violence contre les Femmes, organisé par le collectif « Droits humains pour tou-te-s ».

Docteure en Droit, Anne Nègre est avocate au Barreau de Versailles. Après avoir été formée à la Cour de Cassation,  elle a travaillé dans un cabinet d’affaires parisien  étant en charge du secteur du droit du travail. 

Vice Présidente en charge de l’Egalité au sein de la Conférence des OING du Conseil de l’Europe, elle enseigne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et a donné des cours d’histoire du droit des femmes ou d’histoire des femmes et les religions à l’Université Paris 6. 

La Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, dite Convention d’Istanbul,  en son article 3a dispose « le terme « violence à l’égard des femmes » doit être compris comme une violation des droits de l’homme  (…) » ! Ainsi, cette Convention écrite en anglais, traduite en français, véhicule une discrimination liée à la langue française. Les femmes victimes de violences par leur mari ou par leur compagnon seront rassurées d’être sous la protection des droits de l’homme !

La langue française s’est virilisée

La langue française  qui connaissait « des jours et des nuits qui étaient belles » s’est virilisée sous l’action, entre autres, de l’Académie Française à partir du XVIIe siècle; c’est ainsi que « les jours et les nuits sont devenus beaux ». La France, en ratifiant la  Déclaration universelle des Droits de l’homme  du 10 décembre 1948,  a changé le contenu de ses droits fondamentaux, en incluant les femmes au sein de l’humanité. Dès son article 1, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme  dispose « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». La France, avec  la ratification de la Déclaration de 1948, aurait du changer sa nomenclature, pour l’adapter à ce nouveau texte,  comme l’ont fait divers pays. Depuis, des blocages sont permanents  en France au niveau des divers Présidents de la République et du Conseil Constitutionnel. Quelques personnes bloquent cette évolution de la langue en France et ailleurs.

La Conférence des OING cautionne Droits humains

Un premier pas vers l’utilisation de cette expression Droits humains a été franchi le 24 janvier 2018. L’un des quatre piliers du Conseil de l’Europe - la Conférence des OING - a voté la résolution que je proposais pour utiliser cette expression « Droits humains » dans les écrits et travaux de la Conférence, et a voté aussi pour agir en faveur de son adoption par le Comité des ministres, l’Assemblée Parlementaire et le Congrès des Régions.

Découvrez le site d’Anne Nègre

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

GAUCHE CITOYENNE |
Rochejaquelein |
Moussapolitiquetogo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A-quoi-tu-penses
| Ecologiste, Socialiste, Rép...
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...